Ethnologie, écriture et biographie

l'habitat dans tous ses états > Ethnologie, écriture et biographie

Ethnologie urbaine, écriture et biographie.

DEFINITION : Le recueil de la mémoire des habitants favorise la reconnaissance sociale des quartiers populaires. Lorsque ce travail est accompagné au plan méthodologique, il peut jouer un rôle important dans le resserrement du lien social et intergénérationnel. La valorisation de ces parcours en projets artistiques modifie le regard porté par la société sur les habitants des quartiers et peut contribuer à la lutte contre les discriminations.

L’ethnologie et l’écriture sont des passions qui naissent d’une envie insatiable de transmettre, de raconter aux générations futures des histoires qui dépassent l’imagination. La rencontre humaine nourrit l’écriture et la recherche d’informations.

METHODE :

Etre prêt à accueillir les histoires : Je crois de plus en plus qu’on ne devient pas ethnologue mais qu’on nait ethnologue. Il faut être doté d’une grande curiosité, de beaucoup d’humilité et d’un amour immense pour les êtres humains.

Trouver la juste attitude et développer la confiance : La première rencontre est très importante : un regard, un sourire, quelques mots pour créer la confiance éphémère des premiers échanges et ensuite, avec sincérité, gagner cette confiance pour obtenir les perles de l’histoire. Recevoir chaque récit de vie comme un cadeau et savoir en échange faire don d’un peu de soi.

Accepter d’être changé par la rencontre : L’ethnologue évolue au fil des rencontres. Il doit apprendre le mimétisme, s’oublier et se faire oublier, se dépouiller de ses codes, de ses a priori, s’ouvrir à l’autre, écouter pleinement et accueillir les histoires de vie avec émerveillement.

Retranscrire avec justesse et poésie, transmettre à tout prix : S’appliquer à recueillir rigoureusement les récits et matériaux utiles. Rentrer de chaque entretien avec un cahier de bord bien rempli : prise de notes, croquis, photos, enregistrements et films parfois.

Collaborer avec des artistes pour la valorisation de la mémoire : la retranscription écrite est une chose mais elle peut parfois passer par des modes de valorisation artistique forts différents et accessibles au plus grand nombre. J’active alors un réseau de partenaires comédiens, plasticiens, réalisateurs ou scénaristes BD et orchestre le projet jusqu’à trouver le reflet le plus fidèle, adapté à la mise en valeur de la mémoire.

REFERENCES :

PROJET MEMOIRE POUR ADOMA – fév 2014 à Déc 2015 – 50 entretiens avec les résidents du Foyer du Mas du Taureau à Vaulx en Velin, foyer voué à la démolition – Valorisation des parcours en BD Reportage en collaboration avec les étudiants de l’Ecole Emile Cohl et de leur professeur O. Jouvray – Organisation d’expositions – concerts itinérants dans la Métropole de Lyon.

RECUEIL DE TEMOIGNAGES POUR ALLIADE HABITAT – Sept à Déc 2014 – 25 entretiens avec les habitants relogés des immeubles Echarmeaux et Luère à Vaulx en Velin (69), voués à démolition. Valorisation des témoignages en Scénographie lumière avec la collaboration des étudiants de l’Ecole d’Architecture de Lyon.

BIOGRAPHIE DE JEAN JACQUES RENAUD – Mars à Juillet 2015 – 10 journées d’entretiens en marchant pour connaître Jean Jacques Renaud, président et co-fondateur de la Fondation Renaud – rédaction d’une biographie synthétique et illustrée de photos.

BIOGRAPHIE D’UN TIRAILLEUR SENEGALAIS – Août 2015 – Récit de vie d’un tirailleur Sénégalais, soldat en Indochine de 1952 à 1954 et de son retour au village, sur les rives du fleuves Sénégal à la frontière Mauritanienne, malade et âgé, en mal de reconnaissance. Pour une réhabilitation de tous ceux qui comme lui ont été des soldats « français » pour quelques années, mais bien étrangers jusqu’à leur dernier souffle.